Les tensions montent en flèche entre la Turquie et les militants kurdes du nord de la Syrie avec le risque qu’Ankara, après une série de bombardements aériens au cours du week-end, décide également prochainement d’intervenir sur le terrain au Rojava, la région autonome de facto contrôlée par les Ypg. « Nous devons décider du nombre de forces terrestres qui participeront, puis des mesures seront prises », a annoncé le président Recep Tayyip Erdogan, comme l’a rapporté l’agence Anadolu.

La Turquie a déclaré qu’une milice kurde avait tué deux personnes en tirant des roquettes depuis le nord de la Syrie, dans une escalade des représailles transfrontalières après les opérations aériennes turques du week-end et l’attentat meurtrier à la bombe à Istanbul il y a une semaine, une attaque par laquelle les Kurdes affirment qu’ils ne sont pas responsable de. Plusieurs mortiers ont touché un quartier frontalier de la province de Gaziantep, faisant un enfant et un enseignant parmi les morts et au moins six blessés, a déclaré le ministre turc de l’Intérieur Suleyman Soylusaid. Le diffuseur CNN Turk a précisé que l’attaque aurait été lancée depuis la zone syrienne de Kobané, contrôlée par la milice kurde Ypg (Unité de protection du peuple).

« Confrontation » de la Turquie : raid contre les Kurdes, des dizaines de morts (également grâce à la Russie)

Hier, des avions de guerre turcs avaient déjà mené des attaques en Syrie et en Irak, détruisant 89 cibles soupçonnées d’être liées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit dans le pays et également sur la liste des organisations terroristes aux États-Unis et dans l’UE, et l’Ypg, qui selon Ankara est une aile du PKK.

News:  L'Europe 

La Turquie a déclaré que l’opération du week-end était en représailles à un attentat à la bombe à Istanbul la semaine dernière qui a tué six personnes et que les autorités ont imputé aux militants kurdes. Mais le PKK et les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les YPG ont nié avec véhémence leur implication dans l’attentat du 13 novembre dans une rue piétonne très fréquentée de la ville. « Nous appelons la Turquie à réagir de manière proportionnée et conformément au droit international », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Christofer Burger à Berlin, commentant l’attentat d’hier. Le porte-parole a déclaré qu’Ankara et toutes les autres parties concernées ne devaient « rien faire qui puisse aggraver davantage la situation déjà tendue dans le nord de la Syrie et de l’Irak ».

Un porte-parole des FDS a déclaré que les attaques turques du week-end avaient détruit des silos à grains, une centrale électrique et un hôpital, tuant 11 civils, un combattant des FDS et deux gardes. Il a également déclaré que les militants se vengeraient. Et aujourd’hui, des milliers de Syriens ont assisté aux funérailles de ceux qui ont été tués par les bombardements turcs. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (Osdh), une ONG basée au Royaume-Uni disposant d’un vaste réseau de sources en Syrie, au moins 35 personnes, pour la plupart des combattants kurdes et des soldats syriens, auraient été tuées dans les attaques dans les provinces du nord-est de Raqa et Hassakeh et dans la ville septentrionale d’Alep. Plus de 70 personnes auraient été blessées.

News:  Une année des talibans à Kaboul

Ces dernières années, les forces armées turques ont mené plusieurs opérations militaires à grande échelle dans le nord de l’Irak et le nord de la Syrie contre les YPG, le PKK, mais ont également soutenu les rebelles qui se battent pour renverser le président syrien Bachar al-Assad et ont rompu les relations diplomatiques avec Damas à le début de ce conflit civil qui a déchiré le pays et qui a duré 11 ans. Le PKK d’Abdullah Ocalan a lancé une insurrection contre l’État turc en 1984 et depuis lors, plus de 40 000 personnes ont été tuées.

Continuer la lecture sur Today.it

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page