Emmanuel Macron, Clément Beaune, est au cœur d’une bataille politique brutale à Paris ce week-end, alors que le gouvernement français centriste tente de gagner une majorité parlementaire contre une nouvelle alliance de gauche.

Beaune, 40 ans, considéré comme une étoile montante dans l’entourage de Macron, a contribué à l’élaboration de la politique pro-européenne du président français – influencée par sa vie d’étudiant international à Dublin et en Belgique – et a mis la pression sur le Royaume-Uni lors du conflit sur les droits de pêche post-Brexit de l’année dernière.

Mais aujourd’hui, ce fonctionnaire de carrière participe à sa première course électorale, en se présentant comme député dans une circonscription de Paris qui s’étend des attractions touristiques et des bars gays du quartier du Marais aux rues embourgeoisées et aux logements sociaux de l’est. Cette élection est considérée comme l’une des batailles politiques déterminantes du second mandat de Macron.

En face de Beaune, Caroline Mécary, 59 ans, l’une des principales avocates françaises en matière d’égalité pour les couples de même sexe et une militante bien connue pour les droits LGBTQ+, se présente pour la nouvelle alliance de gauche. Un sondage Ifop au début du mois de juin montrait que Mécary devançait Beaune de près avec 51%.

Si Beaune l’emporte, il deviendra l’un des plus gros frappeurs du centre-gauche du cabinet français et pourrait se présenter un jour comme maire de Paris. S’il perd, il devra quitter le gouvernement.

Caroline Mecary fait campagne sur un marché local à Paris.
L’avocate Caroline Mécary se présente pour la nouvelle alliance de la gauche. Photo : Reuters

Le président Macron, récemment réélu, a besoin d’une majorité pour sa large formation centriste lors des élections législatives à deux tours de ce mois-ci afin d’avoir les coudées franches pour ses projets de refonte du système de retraite et d’allocations et de réduction des impôts.

Mais l’alliance de gauche, dirigée par Jean-Luc Mélenchon, de la gauche radicale, et comprenant les Verts et le parti socialiste, est en hausse dans les sondages, cherchant à limiter l’avance de Macron. Sans une majorité absolue de 289 sièges dans la chambre qui en compte 577, le président français pourrait devoir chercher des alliances à droite. Les sondeurs prévoient que la gauche pourrait obtenir jusqu’à 205 sièges, devenant ainsi la principale force d’opposition, tandis que l’extrême droite de Marine Le Pen pourrait obtenir 20 à 50 sièges.

Macron a mené une offensive féroce de dernière minute contre l’alliance de gauche, décrivant Mélenchon comme un dangereux extrémiste qui tuerait l’Union européenne, s’allierait avec la Russie et ajouterait au « désordre mondial ». Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a qualifié Mélenchon de « Chavez gaulois », en référence à l’ancien dirigeant vénézuélien. « Cet homme mange-t-il des enfants ? », s’est interrogé le quotidien de gauche Libération en première page, critiquant les attaques du gouvernement contre Mélenchon.

Pendant la campagne, M. Beaune a déclaré à un rassemblement dans une salle de réunion d’école de l’est de Paris qu’il s’agissait de « l’élection parlementaire française la plus importante depuis 40 ans, car elle est incertaine et divise ». Il a déclaré qu’il y avait à la fois une « forte colère » chez certains électeurs et un « fort sentiment de désintérêt » chez d’autres. Les sondeurs prévoient que moins de la moitié de l’électorat français se rendra aux urnes.

Inscrivez-vous à First Edition, notre lettre d’information quotidienne gratuite – tous les matins de la semaine à 7 heures BST.

M. Beaune a déclaré que le programme politique de M. Mélenchon, notamment sa politique de contournement de certaines règles du traité européen, était « dangereux, absurde et excessif ». Mais ce qui l’inquiète vraiment, a-t-il dit, c’est que le débat politique se radicalise de plus en plus, se divise de plus en plus et devient de plus en plus brutal, et qu’il a maintenant besoin de calme.

La circonscription du centre de Paris a historiquement voté à gauche avant de choisir un candidat centriste pro-Macron il y a cinq ans, mais certains partisans ont prévenu Beaune qu’il y avait une opposition sur le terrain à ce que Macron augmente l’âge de la retraite.

Une affiche de campagne pour Clément Beaune.
Une affiche de campagne pour Clément Beaune. Photo : Reuters

Beaune s’est présenté comme un social-démocrate qui défend l’égalité. Il a fait son coming out en tant qu’homosexuel devant un magazine français en 2020, disant que ce n’était « pas un obstacle » pour être au gouvernement, et a également parlé des membres de sa famille juive qui ont été déportés à Auschwitz. Son père, ancien professeur de médecine à l’hôpital, l’a aidé à distribuer des tracts électoraux.

L’adversaire de Beaune, Mécary, a mené une campagne de terrain féroce, notamment dans l’est de Paris. Ancienne membre des Verts pro-européens qui a siégé comme conseillère de Paris, elle n’a jamais été membre du parti de la gauche dure de Mélenchon, la France décomplexée. Elle se définit comme « avant tout une avocate et une candidate de la société civile ». Mais elle cherche à exploiter le soutien de Mélenchon à l’élection présidentielle, alors qu’il a manqué de peu une place au second tour, qui opposait Macron à Le Pen.

Distribuant des tracts sur un marché près de la Bastille, Mécary a déclaré : « Ce que j’entends des électeurs sur le terrain, c’est un désir de changement, et que Macron n’ait pas tout le pouvoir entre ses mains au parlement. Les gens sont inquiets pour les hôpitaux et les écoles et pour la protection du service public. Ils ont l’impression que Macron ne voit pas et n’entend pas les citoyens ordinaires de la classe ouvrière. »

Visitant les étals du marché avec deux membres du parti socialiste farouchement pro-Europe, Mécary a réfuté les affirmations de Beaune selon lesquelles elle était anti-Europe. « Quand Clément Beaune avait cinq ans, j’étais diplômée de la Sorbonne en droit européen », a-t-elle déclaré.

« Ça va être très serré par ici », a déclaré un retraité de l’hôpital sur un étal de fruits. « J’ai voté Macron à la présidence uniquement pour écarter l’extrême droite. Maintenant, je vais voter à gauche pour envoyer un message à Macron – pour protéger les hôpitaux et les écoles, et pas seulement gouverner pour les riches. »

4.7/5 - (4 votes)
News:  Il kidnappe un nouveau-né pendant que sa mère fait ses courses : bloqué après 200 km

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page