Histoires

Moquée par des collègues et insultée par le fils du propriétaire, la vidéo-vérité est virale sur les réseaux sociaux

Carla, photo de TikTok


« Le premier jour où je suis allée au travail habillée en femme a dû être l’un des plus beaux jours de ma vie, car j’ai eu le courage d’être moi-même ». Ainsi commence l’histoire de Carla, une trans qui a décidé de partager son histoire pour faire comprendre ce que signifie vivre dans un corps dans lequel on ne se reconnaît pas.

Ce n’était donc pas : « C’était l’un des pires jours – explique-t-il dans la vidéo-vérité, virale sur Twitter -. m’a dit « ce beau corps, pour l’avoir » et puis ils sortaient et on les entendait rire dans les couloirs, faire des blagues et des commérages à mon sujet dans mon dos. Chaque personne qui venait m’était amenée, comme si j’étais le monstre, un clown. Imaginez qu’il y avait des filles de vingt ans, leurs copains qui sentaient encore le lait venaient les chercher tous les jours et elles ne sortaient jamais. Ce jour-là elles aussi sont descendues pour venir les voir, vous avez vu de loin, avec des visages dégoûtés ».

Puis le coup de grâce, il s’en souvient encore : « Le fils du propriétaire est venu, je l’ai entendu crier dehors. Il s’est approché de moi pour fulminer : ‘Tu ne te rends pas compte à quel point c’est dégoûtant ? A ton avis si un enfant entre ici il doit tu vois ce dégoût? » . J’étais habillé normalement. J’étais moche, oui, mais je n’étais pas méchant. À ce moment-là, je n’en pouvais plus, je me suis effondré et j’ai éclaté en sanglots. Je n’avais personne à mes côtés, personne pour me donner un mot de consolation, personne qui a dit à cette personne qu’il exagérait. Puis plus tard il s’est excusé. L’histoire de Carla, c’est un coup de poing dans le ventre, mais c’est aussi un message important : « Je te dis ça parce que quand tu vois une femme trans, même si on n’est pas belle, même si on est un freak, il faut savoir que pendant toute une vie, quand nous nous sommes vus dans le miroir, nous avons vu la figure d’un homme, alors qu’en réalité nous étions des femmes à l’intérieur. Même un peu de rouge à lèvres, un petit crayon, une robe de femme, nous rend belles même si nous ne le sommes pas , parce que nous voyons enfin cette figure féminine que nous avons toujours voulu voir et que nous n’avons jamais vue. Ne riez pas – conclut-il – car alors de mauvaises choses arrivent. Je voulais mourir ce jour-là et j’ai eu la chance d’être fort « .

Beaucoup de commentaires d’affection et de solidarité. Parmi ceux-ci, ceux qui ont vécu la même chose, mais de l’autre côté : « J’ai eu des collègues trans et je n’ai jamais entendu un seul commentaire ou blague ou plaisanterie. Rien ! Oh ouais, pas en Italie quand même ». Et puis à ceux qui demandent s’il y a encore besoin de certains témoignages, la réponse est une. Oui.

@carlakipi #écran vert #transgenres ♬ 雨 的 印记 (钢琴) – 王 雨 笙


Votez pour ce post
News:  L'orgasme féminin enfin dit dans le bon sens (c'est à dire sans honte)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page