Lors de la première phase de la campagne de vaccination, de nombreuses femmes ont déclaré avoir eu des règles plus précoces ou tardives, des flux abondants, des menstruations plus douloureuses ou des saignements même à la ménopause après l’administration du vaccin anti-Covid. Des changements menstruels ont été signalés pour tous les types de vaccins, à la fois l’ARNm (Pfizer et Moderna) et le vecteur viral (AstraZeneca et Johnson & Johnson). Ces données ont conduit à l’hypothèse de l’existence d’un lien possible entre vaccination et irrégularité du cycle. Selon Instituts nationaux de la santé, les changements menstruels après les vaccinations contre Covid pourraient être attribués aux réponses immunitaires associées et à leur impact sur l’utérus, ainsi qu’au stress lié à la pandémie. Maintenant, un groupe de chercheurs deUniversité de l’Illinois à Urbana-Champagne et de École de médecine de l’Université de Washington à Saint-Louis ont étudié le phénomène auprès d’un large échantillon de personnes âgées de 18 à 80 ans par le biais d’une enquête en ligne. Il s’agit de la plus grande étude menée sur le sujet à ce jour et qui n’a pas impliqué que des femmes cisgenres.

D’après les résultats, publiés dans la revue Avancées scientifiques, il a été constaté que 42 % des personnes ayant des cycles menstruels réguliers se plaignaient de cycles plus lourds, tandis que 44 % ne signalaient aucun changement après avoir été vaccinées. Cependant, parmi les sujets sans règles (pré- ou postménopausées), 71% de ceux qui prenaient des contraceptifs réversibles, 39% de ceux qui prenaient des hormones d’affirmation de genre et 66% de ceux qui étaient en post-ménopause. Les chercheurs ont également constaté que l’augmentation des saignements était significativement associée à l’âge, aux effets secondaires systémiques du vaccin (fièvre et/ou fatigue), aux antécédents de grossesse ou d’accouchement et à l’origine ethnique. « Je pense qu’il est important que les gens sachent que cela peut arriver, mais comme il s’agit d’irrégularités passagères, ils ne devraient pas avoir peur de se faire vacciner », a déclaré Katharine Lee, anthropologue biologique au École de médecine de l’Université de Washington à Saint-Louiset premier auteur de l’étude.

j’étudie

Pour comprendre si et pourquoi les vaccins anti-Covid actuellement utilisés (ou utilisés dans la première phase de la campagne de vaccination) affectent le cycle menstruel, des chercheurs américains ont mené une enquête en ligne en avril 2021, interrogeant 40 000 personnes dans le monde, avec un âge entre 18 et 80 ans, donc aussi bien en âge de procréer qu’en ménopause ou post-ménopause. Tous les participants avaient été vaccinés avec deux doses (l’enquête a eu lieu avant l’administration de la troisième dose de rappel) et n’avaient pas contracté le Covid (diagnostiqué ou suspecté). Les vaccins reçus étaient : Pfizer (21 620), Moderna, (13 001), AstraZeneca (751), Johnson & Johnson (3469), Novavax (61) et autres (204). Les rapports des participantes, analysés 3 mois après le début de l’enquête, ont signalé des effets secondaires localisés et systémiques du vaccin et tout changement du flux menstruel. Par conséquent, les chercheurs se sont concentrés sur les données liées aux saignements menstruels (chez les personnes qui avaient leurs règles régulièrement) ou aux saignements intermenstruels (chez les personnes qui n’avaient pas leurs règles).

« Les réponses dérivées de cette étude – ont déclaré les chercheurs – peuvent aider à façonner le récit sur la nature des changements menstruels à court terme, aider les médecins qui travaillent avec des patients qui hésitent à se faire vacciner et développer les données de terrain nécessaires sur ce phénomène auparavant. pas identifié pour concevoir de futures études prospectives et mécanistes sur la relation entre les réponses immunitaires au vaccin et la réparation menstruelle ».

News:  Parler d'anorexie en dansant sur TikTok, polémique sur une diététicienne

42% ont signalé un flux menstruel plus abondant après le vaccin

Les répondants ont déclaré avoir eu des changements dans la période du premier au septième jour après le vaccin, du huitième au quatorzième jour après le vaccin, ou après plus de quatorze jours d’administration du vaccin, le reste des personnes interrogées déclarant avoir eu leurs règles quand vous avez reçu le vaccin. Au total, donc, 42,1 % ont signalé un flux menstruel plus intense après les vaccins, 14,3 % ont signalé un flux menstruel plus intense (caractérisé par une combinaison de flux plus légers ou aucun changement) et les 43,6 % ont signalé aucun changement de flux après les vaccins.

Ceux qui ont éprouvé d’autres effets secondaires, comme de la fièvre ou de la fatigue, ont eu des cycles irréguliers

Les chercheurs ont également cherché à comprendre la relation entre des saignements menstruels plus intenses après la vaccination et des facteurs tels que : le type de vaccin, les facteurs démographiques, les antécédents de reproduction, l’utilisation de contraceptifs hormonaux et la réponse systémique au vaccin. L’enquête a révélé qu’un flux menstruel plus intense était plus probable chez les répondants qui n’étaient pas blancs mais hispaniques / latinos, plus âgés, ceux qui avaient une maladie reproductive, qui utilisaient des contraceptifs hormonaux, qui avaient été enceintes dans le passé (ou qui n’avaient pas accouché) , qui avaient subi d’autres effets secondaires des vaccins, comme la fièvre ou la fatigue, étaient également plus susceptibles d’avoir des règles irrégulières. Alors que, apparemment, le type de vaccin ne semble pas avoir eu d’effet pertinent dans cette étude.

Les personnes souffrant d’endométriose ou d’ovaire polykystique ont plus facilement manifesté des flux abondants

Les chercheurs ont également examiné l’influence de conditions de reproduction spécifiques souvent associées à des saignements menstruels altérés en comparant les répondants avec de telles conditions diagnostiquées avec des répondants sans conditions de reproduction signalées. L’analyse a révélé qu’un pourcentage plus élevé de répondantes atteintes d’endométriose (51,1 %), de ménorragie (44,3 %), de fibromes (49,1 %), de syndrome des ovaires polykystiques ou SOPK (46,2 %) et d’adénomyose (54,9 %) ont déclaré avoir un flux menstruel plus abondant après le vaccin que les répondants sans problèmes de reproduction diagnostiqués (40,9 %). Ainsi, les personnes ayant des menstruations régulières atteintes d’endométriose, de ménorragie, de fibromes et de SOPK étaient plus susceptibles d’avoir des saignements plus abondants.

Les personnes pré- et post-ménopausées ont présenté des saignements intermenstruels après le vaccin

Les personnes non menstruées étaient constituées de deux groupes : les personnes pré-ménopausées (qui utilisaient des contraceptifs réversibles à longue durée d’action (LARC) et/ou des contraceptifs hormonaux continus et/ou un traitement affirmant le genre qui élimine les menstruations) et les personnes ménopausées de plus de 55 ans qui n’avait pas eu de règles depuis au moins 12 mois (avant la vaccination contre le Covid). Parmi les répondantes pré-ménopausées sans menstruation, 65,7 % de celles utilisant des contraceptifs réversibles, 70,5 % de celles utilisant LARC seules ont déclaré avoir eu des saignements intermenstruels après un vaccin, et 38,5 % des répondantes ayant suivi un traitement d’affirmation de genre (38,5 % ). Cependant, parmi les personnes ménopausées qui ne suivaient pas de traitement hormonal, 66 % des personnes interrogées ont signalé des saignements intermenstruels.

News:  Sanremo 2022, les robes de Lorena Cesarini

Vaccins et cycle irrégulier : quel est donc le lien ?

Les vaccins agissent en stimulant le système immunitaire pour nous protéger des maladies lorsqu’ils sont exposés à l’agent pathogène. Cette activation immunitaire est donc critique, bien qu’elle puisse également produire une cascade d’autres réponses inflammatoires localisées (par exemple, douleur au site d’injection) ou systémiques (par exemple, fatigue et/ou fièvre), mais aussi des menstruations irrégulières. . À cet égard, une étude de 1913 a montré comment le vaccin contre la typhoïde était associé à des irrégularités menstruelles, qui comprenaient des menstruations manquées, tardives et précoces, des malaises et des saignements abondants chez plus de la moitié des femmes analysées, tandis qu’une étude sur la sécurité du Le contrôle du vaccin contre le virus du papillome humain a révélé que cela provoquait des irrégularités menstruelles chez plus d’un quart des participantes.

Il est donc évident que la réponse immunitaire, invoquée par un vaccin, ainsi que des facteurs tels que le stress et la maladie, la perte ou la prise de poids, la restriction calorique et l’exercice, peuvent influencer les hormones sécrétées par l’hypothalamus, à partir de l’hypophyse et des ovaires. , provoquant des irrégularités dans le cycle mensuel. De plus, – comme l’a expliqué Alison Edelman, professeur d’obstétrique et de gynécologie à la Université de la santé et des sciences de l’Oregon qui a étudié l’impact des vaccins Covid-19 sur les menstruations – la réponse immunitaire stimulée par les vaccins affecte également l’endomètre, qui tapisse l’utérus et est libéré pendant les menstruations. « En raison du rôle qu’il joue dans le remodelage du tissu utérin et la protection contre les agents pathogènes, il est possible que lorsque les vaccins activent le système immunitaire, ce qu’ils sont censés faire, ils déclenchent en quelque sorte également des effets en aval dans l’endomètre. provoquant une perturbation dans le cycle menstruel. Et certaines personnes peuvent être plus sensibles aux changements immunitaires ou hormonaux de leur corps », a expliqué le Dr Edelman. Mais, on sait aussi que ces changements sont temporaires car le système reproducteur utérin est flexible et adaptable à la réponse immunitaire et aux facteurs de stress en général, mais sans jamais avoir d’effet sur la fertilité à long terme.

Le vaccin pendant le cycle peut l’allonger d’un jour

Les résultats de l’étude ne sont pas représentatifs de la population générale, mais sont néanmoins cohérents avec d’autres études plus petites qui ont rapporté des changements menstruels après la vaccination avec des contrôles plus fermes. Parmi celles-ci, une recherche américaine financée par le Instituts nationaux de la santé (NIH) des États-Unis et publié dans la revue universitaire à comité de lecture Obstétrique & Gynécologie, qui ont montré que les femmes ayant reçu le vaccin Covid pendant leurs règles avaient une augmentation d’environ un jour de la durée de leurs menstruations (une petite variation).

Le retard enregistré était en moyenne de 2 jours, et environ 10% des 358 femmes ayant participé à l’étude avaient une durée de menstruation après vaccination de 8 jours. Les altérations, cependant, ont reculé et les changements ont disparu au cours des 2 cycles suivants. La variation n’a donc suscité aucune inquiétude chez les chercheurs puisqu’elle n’était pas cliniquement pertinente.

4.9/5 - (7 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page