Le syndrome du burn-out, quand le stress au travail « brûle » nos vies

Femme

Il s’agit d’un état typique de stress qui survient au travail et qui entraîne de très lourdes conséquences personnelles et sociales. Voici comment y faire face


Vous vous êtes peut-être déjà senti dépassé par les engagements de travailler, fatigué, détruit et incapable de réagir. Se retrouver si soudainement, sans savoir combien de temps. Ne pas savoir comment s’en sortir. Il s’agit de syndrome d’épuisement professionnel (syndrome de stress au travail chronique ou du stress lié au travail), littéralement « épuisé », « épuisé », et survient chez les sujets chez qui le stress professionnel chronique épuise toutes les autres ressources personnelles. Comme l’indique le site Harmonie Mentis, cette condition est décrite dans la littérature scientifique depuis les années soixante-dix du siècle dernier. Elle s’est d’abord inscrite chez les professionnels de santé et plus tard dans le groupe plus large de tous les professionnels qui, au sens large, « prennent soin des personnes » (professions d’aide) : travailleurs sociaux (assistants sociaux, éducateurs, bénévoles, etc.) et enseignants.

Comment se manifeste le burn-out

Le syndrome se manifeste de trois manières :

  • sensation de manque d’énergie ou d’épuisement
  • un détachement mental croissant de son travail, ou un sentiment de négativité ou de cynisme à propos de son travail
  • efficacité professionnelle réduite.

Les effets du syndrome d’épuisement professionnel, qui est un trouble très répandu, ne doivent pas être sous-estimés : les répercussions sur la santé et la productivité de tout système organisationnel de services à la personne peuvent en effet causer beaucoup de dommages à la société. En 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a enfin reconnu ce syndrome comme un phénomène professionnel et non comme une condition médicale. Le débat sur cette question durait depuis des décennies. L’OMS a également précisé que le concept de burnout se réfère spécifiquement au contexte de travail et ne doit pas être appliqué dans d’autres contextes, comme le contexte familial, même si aujourd’hui on parle aussi de syndrome de burnout pour les mères de famille.

Pourquoi vous vous retrouvez en « burnout »

Aux États-Unis, la Mayo Foundation for Medical Education and Research (MFMER), institution attentive aux questions de santé publique, a produit un document pour préciser quelles sont les les facteurs ce qui peut entraîner un stress au travail. Ces facteurs sont :

  • Manque de contrôle. Dans de nombreux cas, les personnes atteintes du syndrome d’épuisement professionnel se plaignent de ne pas avoir leur mot à dire dans les décisions qui affectent leur travail ou de ne pas disposer de ressources suffisantes pour mener à bien leurs tâches.
  • Attentes professionnelles peu claires. Lorsque le degré d’autorité d’un travailleur sur les autres ou les attentes de ses supérieurs ne sont pas définis, ce trouble peut survenir.
  • Relations dysfonctionnelles entre collègues. Un autre facteur déterminant de l’accumulation de stress pendant les heures de travail peut dépendre de la relation difficile avec le patron ou avec les collègues.
  • Pics d’activité. Lorsqu’une concentration constante est requise pour faire face à des situations de travail monotones ou chaotiques et que vous travaillez toujours dans des situations d’urgence, le stress et l’épuisement professionnel sont très probables.
  • Manque de réseaux sociaux. Les sujets les plus à risque de burn-out sont ceux qui isoléqui ne bénéficient pas d’un réseau de soutien parental ou amical, tant au travail que dans la vie privée.
  • Manque d’équilibre entre travail et vie privée. Le burnout se manifeste souvent chez des personnes qui consacrent un temps très dilaté au travail, ce qui coupe les énergies à consacrer à la famille, au temps libre et aux intérêts personnels.

Conséquences du syndrome de burn-out

Qu’arrive-t-il à la personne qui rencontre ce problème ? Les experts de la Fondation Mayo ont répertorié ces symptômes du syndrome d’épuisement professionnel :

  • sensation de fatigue
  • insomnie
  • tristesse
  • colère
  • irritabilité.

Comment essayez-vous de compenser le syndrome d’épuisement professionnel ? Voici ce qui s’est passé :

  • l’abus d’alcool
  • abus de drogue.
  • absentéisme au travail
  • détérioration des performances au travail,
  • la demande de transfert
  • abandon volontaire de poste

S’il n’est pas traité, le burnout peut être un facteur de risque d’apparition de divers maux physiques, voire de pathologies, telles que :

  • hypertension
  • cardiopathie
  • diabète de type 2.

Comment soigner le burn-out

Pourtant, les chercheurs de la Fondation Mayo ont également défini quelques conseils sur la façon de faire face à ce type de trouble : prendre soin de soi et à la base de tout le processus de rétablissement.

  1. Évaluez s’il y a place à l’amélioration de la situation de travail, discutez de vos préoccupations avec vos supérieurs ou votre superviseur : en discutant, vous trouverez peut-être des solutions inattendues.
  2. Demandez l’aide de collègues, d’amis ou de membres de la famille qui peuvent vous aider à faire face à la situation.
  3. Trouvez du temps pour profiter d’activités relaxantes.
  4. Faites de l’exercice régulièrement
  5. Essayez de dormir et de retrouver un bien-être mental et physique

En cas de syndrome d’épuisement professionnel très avancé l’aide d’un est indispensable psychothérapeute qui saura guider la personne dans le chemin à parcourir.

[kk-star-ratings align="center" reference="auto" valign="bottom"]

Laisser un commentaire