Uusqu’à il y a une semaine à peine, l’équilibre géopolitique en Ukraine pouvait être assimilé à Zugzwangmot décrivant un moment délicat d’un jeu de société où le moindre mouvement risque de désavantager le joueur.

Pour l’Occident, alors qu’il se préparait à se réunir avec d’autres dirigeants du monde à l’assemblée générale des Nations unies à New York, il ne semblait pas y avoir d’autre option que de s’accrocher. Il ne pouvait pas reculer dans son soutien à l’Ukraine – trop d’éléments de l’ordre démocratique libéral avaient été déclarés en jeu, trop de sang ukrainien avait été versé, trop de trésors occidentaux avaient été dépensés, y compris 5 milliards de dollars (4,27 milliards de livres) par mois uniquement pour financer l’État ukrainien. À eux seuls, les États-Unis ont dépensé 15,5 milliards de dollars depuis le début de la guerre.

Pourtant, si l’Occident poursuit son plan d’étranglement économique de la Russie, il est certain que Poutine, de plus en plus désespéré, coupera tout le gaz en provenance de Russie, non seulement celui qui passe par la ligne Nord Stream 1, mais tous les pipelines. Étant donné le refus des producteurs de pétrole, de Riyad à Téhéran, de venir au secours de l’Europe et d’augmenter la production de pétrole, des millions de consommateurs européens risquent de geler ou de faire faillite cet hiver.

Le coût de la protection des électeurs européens contre cette hausse des prix de l’électricité et du gaz – désormais estimé à 500 milliards d’euros (433 milliards de livres sterling) – menace toujours de ruiner les budgets, les banques centrales étant sous pression pour continuer à relever les taux d’intérêt afin d’endiguer une inflation qui atteint 9,8 %, son niveau le plus élevé depuis 25 ans.

News:  La mort de la reine Elizabeth réunit William et Harry après deux ans (avec Kate et Meghan)

Si tous ces calculs ne disparaissent pas, ils ont été radicalement modifiés par l’avancée militaire surprise de l’Ukraine. Justin Bronk, du thinktank britannique Rusi (Royal United Services Institute), a déclaré : « À l’approche de l’hiver, quelle que soit la quantité de territoire que l’Ukraine prendra avant que la météo ne paralyse les deux parties en novembre, il ne fait plus aucun doute que l’Ukraine peut gagner, si elle est soutenue correctement. La ligne d’argumentation selon laquelle il ne vaut pas la peine de continuer à approvisionner l’Ukraine parce que cela prolonge l’impasse n’est plus un argument. La victoire est désormais visible et crédible. »

Annalena Baerbock, la ministre allemande des Affaires étrangères, s’exprimant à Kiev alors que l’impact de l’offensive prenait forme samedi, a déclaré que c’était « un moment d’espoir ». Après 24 heures d’avancées, un vif débat a éclaté au sein de la politique allemande sur la fourniture directe d’armes lourdes, notamment de chars Leopard. Agnieszka Brugger, chef adjoint du groupe des Verts au Bundestag, a déclaré : « Toutes les options doivent être remises à l’épreuve sans aucune interdiction de penser. Ce sont des mois cruciaux pour le peuple ukrainien et pour l’ordre sur notre continent. »

Dmytro Kuleba et Annalena Baerbock
Le ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba (à droite), et la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, lors d’une conférence de presse conjointe à Kiev le 10 septembre. Photo : AP

Au lieu de n’offrir qu’une coûteuse impasse dans laquelle – selon les mots de Vladimir Poutine – la prospérité européenne est jetée dans la fournaise des sanctions, les dirigeants occidentaux peuvent maintenant parler de la désoccupation de l’Ukraine, et paraître plausibles. « Cette contre-offensive montre que nous pouvons gagner », a déclaré l’ambassadeur d’Ukraine aux États-Unis, Oksana Markarova. L’ambassadeur de France en Ukraine, Étienne de Poncins, a même spéculé un peu prématurément que l’automne pourrait être « la saison de la victoire ». Si tel est le cas, les esprits devront se tourner vers les méthodes que Poutine pourrait employer pour éviter l’effondrement.

Mais pour l’heure, la guerre des récits qui fait rage ne cessera pas, y compris à l’ONU la semaine prochaine – elle-même largement marginalisée en tant qu’organe par le veto de la Russie au Conseil de sécurité. Le ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, sera acculé si les revers militaires actuels deviennent plus flagrants, mais sa capacité à balayer toute critique – et à remodeler la vérité – est légendaire.

L’avancée de l’Ukraine va également perturber Pékin, qui a promis à la Russie une amitié sans limites. Comme le souligne Richard Haass, le président du Council on Foreign Relations : « Le but de la Chine était de diviser l’Occident, mais son alignement sur la Russie a fait le contraire. »

En outre, si la Chine veut rester un contrepoids efficace aux États-Unis, un contrepoids qui attire les États non alignés, elle a absolument besoin que la Russie réussisse dans l’est de l’Ukraine. Le plus grand perdant d’une défaite russe à Donetsk, en termes de prestige à l’ONU, pourrait être le président chinois, Xi Jinping.

Mais même aujourd’hui, les dirigeants occidentaux regardent anxieusement depuis leurs bureaux à lustre pour savoir si l’Europe va céder ou rester ferme. La pression n’est pas encore retombée.

Nathalie Tocci, directrice de l’Institut italien des affaires internationales, estime qu’il s’agit toujours d’un test entre deux visions contradictoires de la résilience de l’Europe, l’une défendue par Poutine et l’autre par Jean Monnet, le fondateur spirituel de l’UE.

Poutine, dit-elle, suppose que les démocraties libérales prospères, mais moralement corrompues, de l’Europe occidentale finiront par confirmer leur faible incapacité à supporter la douleur. Il ne peut imaginer que l’Europe se jette dans le vide économique – « tout cela pour un pays qui, dans son esprit, n’existe même pas ». En revanche, Monnet affirmait dans ses mémoires que la force de l’Europe « se forge dans les crises, et sera la somme des solutions adoptées pour ces crises ».

Chaque fois que l’Europe est mise au défi et tombe, qu’il s’agisse du Covid ou de l’euro, non seulement elle se relève, mais elle passe à l’étape suivante de l’ajustement et de l’intégration, transformant ainsi la crise en opportunité. Selon M. Tocci, il est encore impossible de dire quelle interprétation de la résilience européenne finira par triompher.

Les unités de désinformation de Moscou aiment bien sûr projeter une Europe en état de révolte contre la hausse des prix et ses élites insouciantes. Jusqu’à présent, les preuves d’un renouveau populiste sont inégales.

Manifestation à Prague
Une manifestation contre le gouvernement tchèque sur la place Wenceslas à Prague, le 3 septembre. Photo : Martin Divíšek/EPA

À Prague, 70 000 personnes ont manifesté sur la place Venceslas le 3 septembre pour protester contre la hausse des prix, divisant le gouvernement dans sa réaction, le premier ministre pro-occidental, Petr Fiala, décrivant les organisateurs comme des cinquièmes colonnes de Poutine qui pensent que la solution aux prix élevés de l’énergie est de quitter l’OTAN et l’UE. En revanche, Pavel Blažek, le ministre de la justice, a déclaré que les personnes présentes dans la foule n’étaient pas des fanatiques de Poutine, mais des gens inquiets de la baisse du niveau de vie qui méritaient d’être pris au sérieux. Les organisateurs ont déclaré qu’une autre manifestation « Czechia First » était prévue dans le courant du mois. Leur slogan est simple : « Ce n’est pas notre guerre ».

Le gouvernement slovaque est au bord du gouffre, mais essentiellement pour des raisons internes, et lors des élections législatives en Italie et en Suède, les populistes de droite ont joué sur les conséquences de la guerre, mais seulement indirectement. Le soutien à l’Ukraine aux États-Unis est largement bipartisan, et peu de politiciens américains aiment se dissocier de ce qui ressemble à un succès militaire américain.

Dans l’ensemble, un sondage Eurobaromoter réalisé en juin et juillet a révélé que 68 % des Européens étaient favorables à la fourniture d’armes à l’Ukraine, tandis que 78 % soutenaient les sanctions économiques imposées par l’UE au gouvernement, aux entreprises et aux particuliers russes. Des sondages allemands plus récents réalisés pour la ZDF ont montré que 70 % des personnes interrogées étaient favorables à des sanctions contre la Russie, et un taux extraordinaire de 90 % parmi les partisans des Verts allemands. La première tentative des gauchistes allemands de lancer « un automne chaud » s’est soldée par un échec, peu de personnes ayant répondu à l’appel à descendre dans la rue à Cologne. La réputation de certains hommes politiques, comme Robert Habeck, a été entachée, mais pas la guerre qu’ils préconisent.

Les propagandistes de Moscou essaieront de dépeindre l’Europe comme étant au bord d’une insurrection de type 1848, et l’OTAN s’y opposera en disant qu’il s’agit de l’œuvre de personnes enfermées dans leur imagination. Tout dépendra de l’efficacité des mesures que l’UE pourra adopter pour plafonner le prix du gaz ou en subventionner les coûts. Personne ne nie l’énorme sensibilité politique de la question. Le chef de cabinet de la Maison Blanche, Ron Klain, tweete presque tous les jours la chute actuelle du prix du gaz.

Mais ce qui a été potentiellement le plus significatif sur le plan diplomatique au cours du mois dernier, c’est que les dirigeants européens, après une réponse initiale nettement divisée à l’invasion au début du printemps, semblent avoir retrouvé leur sang-froid, et ce avant même les percées surprises des dernières offensives militaires ukrainiennes.

Dans une série de discours francs et réfléchis, les dirigeants de Paris, Berlin et Washington, à la fin du mois d’août et au début du mois de septembre, sont apparus résilients et regonflés, prêts à s’associer de manière plus idéologique à une guerre qui pourrait durer tout l’hiver. Ces discours étaient peut-être en partie une offensive diplomatique de Berlin et de Paris visant à rassurer les États baltes et d’Europe de l’Est, mais ils constituaient également un message de détermination adressé à leurs propres électeurs.

Baerbock, par exemple, dans un article de Die Zeit, a fait valoir : « Nous devons nous rendre à l’évidence : cette Russie restera dans un avenir prévisible une menace pour la paix et la sécurité en Europe. Cela peut être difficile à avaler », a-t-elle admis. « Nous devons supposer que l’Ukraine aura encore besoin de nouvelles armes lourdes de ses amis l’été prochain ». Elle a ensuite déclaré qu’elle tiendrait ses promesses envers l’Ukraine, quoi qu’en pensent les électeurs.

Olaf Scholz
Le chancelier allemand, Olaf Scholz, s’exprime lors d’une conférence de presse conjointe avec le premier ministre tchèque, le 29 août. Photo : Martin Divíšek/EPA

De même, le chancelier allemand, Olaf Scholz, dans un important discours prononcé le 29 août à Prague, a tenté de jeter les bases d’un profond renouvellement de la politique européenne de l’Allemagne. Le discours était en partie une réponse à un discours prononcé par Macron en 2017, mais c’était aussi son argument pour expliquer comment l’Europe devait répondre à l’invasion de l’Ukraine. Il s’est terminé par une question rhétorique : « Quand, si ce n’est pas maintenant, allons-nous construire une Europe souveraine ? Qui, sinon nous, peut protéger les valeurs de l’Europe ? »

Macron aussi, dans un discours marathon devant les ambassadeurs français le 1er septembre, a accepté qu’il n’y avait pas de retour en arrière possible avec Poutine, un aveu qui l’oblige implicitement à reconnaître que son pari d’ouverture à la Russie pour l’arrimer à l’Europe, symbolisé par le sommet regancon du Fort de Brégançon en 2019, n’a pas payé.

Oui, il a encore insisté sur la liberté de manœuvre française face aux États-Unis par rapport à la Chine. Il n’a pas voulu s’excuser de parler à Poutine, puisque s’il s’arrêtait, le seul interlocuteur de Poutine serait la Turquie, et il est resté silencieux sur le fait que Poutine mérite une humiliation, ce à quoi il s’était opposé en mai.

Olaf Scholz, Emmanuel Macron et Mario Draghi
Olaf Scholz, Emmanuel Macron et le premier ministre italien, Mario Draghi, arrivent pour une réunion en marge du sommet des dirigeants du G7 au Schloss Elmau en Bavière, près de Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne, le 28 juin. Photo : Reuters

Il semble que sa visite tardive à Kiev, le 16 juin, aux côtés du Premier ministre italien, Mario Draghi, et de M. Scholz – au cours de laquelle les dirigeants ont demandé que l’Ukraine et la Moldavie soient autorisées à entamer le processus d’adhésion à l’UE – l’ait finalement converti. Il a replacé l’invasion dans le contexte d’une remise en cause du libéralisme en tant que « modèle indiscutable et aboutissement de l’humanité ». La Russie, a-t-il dit, « n’a pas seulement sapé les principes sur lesquels nous avons construit la paix pendant des décennies – l’intégrité territoriale des États », mais a créé un relativisme contemporain qui risque d’être « complètement irréversible » et « extrêmement dangereux pour le fonctionnement interne de nos démocraties ». Il ne s’agit pas d’une guerre de territoire, ni de nationalisme ukrainien, mais de valeurs.

Mais ces discours, qui n’ont été lus que par un petit nombre de personnes, contenaient également un aveu flagrant de la faiblesse de la démocratie libérale. Baerbock, en s’adressant à ses ambassadeurs, a été la plus franche. Elle a déclaré que s’il est vrai qu’en mars, 141 pays ont condamné l’invasion russe à l’ONU, « des pays représentant plus de la moitié de la population mondiale n’ont pas voté avec nous. En outre, de nombreux pays ne soutiennent pas les sanctions contre la Russie. »

En dehors des souffrances en Ukraine, dit-elle, « c’est le seul fait qui l’a le plus dérangée au cours des six derniers mois », au point que « c’est quelque chose auquel je n’ai pas pu m’empêcher de penser ».

Elle a déclaré que l’Occident devait « comprendre pourquoi, lorsqu’il s’agit de choisir entre le bien et le mal, entre les victimes et les auteurs, un pays s’abstient tout simplement ». Trop de pays considèrent l’Ukraine comme une guerre régionale. « Ils demandent encore et encore où nous étions lorsque les conflits faisaient rage chez eux ». Ses solutions étaient multiples, mais plutôt que de proposer le fait accompli, quelque chose qui n’engendre pas la confiance, l’Occident devait écouter ces abstentionnistes.

Catherine Colonna
La ministre française Catherine Colonna arrive au palais de l’Élysée pour la réunion hebdomadaire du cabinet, le 31 août. Photographie : Yoan Valat/EPA

Son homologue française, Catherine Colonna, a fait un constat similaire dans son discours au corps diplomatique français, mettant en garde : « La volonté de rechercher des compromis perd chaque jour un peu plus de terrain, face à la volonté d’imposer des vues sans compromis, ou d’accepter des impasses. » Elle a appelé à une « diplomatie combative » française et à ce que les diplomates français commencent à devenir des porteurs de messages plus clairs dans cette nouvelle « compétition des valeurs ».

Macron a également averti que « les pays de l’abstention » représentaient une masse d’humanité. « Cela signifie que cette bonne partie de l’humanité ne comprend pas bien ce qui se passe ». Il a déclaré que les dirigeants étrangers leur ont fait part de leur désenchantement vis-à-vis de l’Occident. « Beaucoup nous disent : ‘Ce modèle est-il si génial ? Vous semblez si malheureux. Nous avons vu ce qui s’est passé au Capitole l’année dernière, nous vous voyons chez vous, l’extrémisme est en hausse partout. Vous ne pouvez pas résoudre l’extrême pauvreté. Vous vous disputez sur le climat ».

Bien que la Russie soit le protagoniste, tapie dans les coulisses, il a affirmé que c’est la Chine « qui a structuré le camp de l’abstention, cherche à pousser ses intérêts profonds et à établir fondamentalement une scission dans l’ordre international en établissant un récit qui dit que ces règles sont centrées sur la puissance américaine ».

Le réveil de ce faible soutien aux valeurs occidentales dans ce nouveau monde multipolaire soulève de profondes questions historiques, et souligne au minimum comment la fin de la guerre froide a privé l’Occident de l’un de ses moyens les plus efficaces de validation morale.

L’Ukraine tente elle-même d’approfondir son soutien international en élargissant ses contacts diplomatiques, mais il s’agit d’un processus complexe. Dmytro Kuleba, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, admet qu’il n’est pas très populaire en Inde après avoir dit à ses dirigeants que le pétrole qu’ils achètent à la Russie est teinté de sang ukrainien. Quant à la Chine, il admet que peu de progrès ont été réalisés.

Il est possible que quelque chose de permanent émerge du camp des abstentionnistes, comme une renaissance du mouvement dormant des non-alignés, mais ce mouvement n’a jamais eu d’idéologie cohésive.

Mais si l’alliance occidentale veut attirer de nouveaux amis, il faudra plus qu’une conférence sur le changement climatique parrainée par l’Occident ou une tournée présidentielle en Afrique pour réparer les dommages accumulés dans le passé.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page