Deux sarcophages en plomb découverts sous la nef de la cathédrale Notre-Dame lors d’une découverte qualifiée d' »extraordinaire et émouvante » ont commencé à livrer leurs secrets, ont annoncé vendredi des scientifiques français.

Le premier contient les restes d’un grand prêtre qui est mort en 1710 après ce qui, selon les experts, semble être une vie sédentaire. L’occupant de la seconde n’a pas encore été identifié – et ne le sera peut-être jamais – mais on pense qu’il s’agit d’un jeune noble riche et privilégié qui pourrait avoir vécu dès le 14e siècle.

Les tombes ont été découvertes dans le cadre d’une cache de statues, de sculptures et de fragments du jubé d’origine de la cathédrale datant du 13e siècle, enfouis sous le sol de la croisée du transept au cœur de la cathédrale, ravagée par un incendie en avril 2019.

Les sites funéraires ont été décrits comme étant d’une « qualité scientifique remarquable » et ont été découverts après une fouille préventive sous le plancher où de lourds échafaudages doivent être érigés pour installer la nouvelle flèche de la cathédrale.

Alors que la plupart des trésors ont été découverts à peine 20 cm sous le sol de la cathédrale, un sarcophage de plomb en forme de corps a été enterré à un mètre de profondeur.

Une fois ouvert par des spécialistes de Toulouse, il s’est avéré qu’il contenait ce qui restait d’un homme, probablement âgé d’une trentaine d’années, que les chercheurs ont appelé « Le Cavalier », car ses os pelviens suggèrent qu’il était un cavalier expérimenté.

News:  L'interdiction de la vaisselle à usage unique dans les restaurants est saluée comme une "révolution" de la restauration rapide en France | France

Il n’y avait pas de plaque nominative sur le cercueil, qui était moulé autour de la forme du corps, et des trous dans le plomb autour de la tête signifiaient que les restes avaient été exposés à l’air et à une grave détérioration.

Des archéologues fouillent le sol de la cathédrale Notre-Dame.
Des archéologues fouillent le sol de la cathédrale Notre Dame. Photographie : Julien de Rosa/AFP/Getty Images

Les scientifiques continuent d’examiner les fragments de tissu et de matériel végétal trouvés à l’intérieur du cercueil et affirment qu’il a été embaumé – une pratique rare au Moyen Âge – et semble avoir été enterré avec une couronne de fleurs.

Une plaque en laiton sur le second sarcophage en plomb, également exposé à l’air et aux infiltrations d’eau provenant de la crue historique de la Seine en 1910, a confirmé qu’il contenait les restes d’Antoine de la Porte, le chanoine de la cathédrale Notre-Dame, mort la veille de Noël 1710 à l’âge de 83 ans.

Eric Crubézy, professeur d’anthropologie biologique à l’Université de Toulouse III, qui a supervisé l’ouverture des cercueils, a déclaré que les deux hommes étaient clairement importants à leurs époques respectives pour avoir été enterrés dans des tombes aussi prestigieuses au cœur de la cathédrale.

Le cavalier inconnu devait faire partie de « l’élite » au moment de sa mort pour être enterré au pied de la grande croix du jubé, une cloison ornée entre le chœur et la nef qui séparait le clergé et le chœur de la congrégation. La plupart des jubés ont été supprimés des églises catholiques françaises pendant la Contre-Réforme, aux XVIe et XVIIe siècles.

Le jeune homme avait souffert d’une « maladie chronique » qui avait détruit la plupart de ses dents au moment de sa mort, a déclaré Crubézy aux journalistes. « Il aurait eu une fin de vie difficile ». L’aristocrate décédé présentait également une déformation du crâne causée par le port d’une coiffe ou d’un bandeau lorsqu’il était bébé.

La ministre française de la culture, Roselyne Bachelot, visite le site de recherche dans la cathédrale.
La ministre française de la culture, Roselyne Bachelot, visite le site de recherche dans la cathédrale. Photographie : Julien de Rosa/AFP/Getty Images

Christophe Besnier, qui a dirigé l’équipe scientifique de la fouille menée par l’Inrap, l’Institut national français d’archéologie, a déclaré lors d’une conférence de presse : « Si la date de son décès se situe autour de la seconde moitié du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle, nous pourrons peut-être l’identifier dans le registre des décès dont nous disposons. Si c’est avant, nous ne saurons probablement jamais qui il était ».

Contrairement au cavalier, de la Porte avait « des dents extraordinairement bonnes », a déclaré Crubézy. « Elles étaient remarquables pour son âge. On voit cela très rarement, mais il nettoyait clairement ses dents et en prenait soin. »

De la Porte était riche, influent et n’a pas seulement commandé plusieurs œuvres d’art qui se trouvent aujourd’hui au Louvre, notamment. un tableau de Jean Jouvenet intitulé La messe du chanoine Antoine de la Porte.Il a payé 10 000 livres – une petite fortune à l’époque – pour la rénovation du chœur de la cathédrale Notre-Dame. Une partie du jubé détruit a été utilisée pour la construction de son tombeau.

Après que le feu a balayé la cathédrale de 850 ans, l’un des monuments les plus symboliques et les plus visités de Paris, en avril 2019, détruisant presque tout l’édifice, le président Emmanuel Macron s’est engagé à ce qu’elle soit reconstruite et ouverte à la messe en cinq ans.

L’équipe de l’Inrap a été appelée à effectuer une « fouille préventive » sous une partie du sol de la cathédrale entre février et avril avant la construction d’un échafaudage de 30 mètres de haut et de 600 tonnes pour reconstruire la flèche du monument. Les archéologues disposaient d’un calendrier strict et d’une zone spécifique pour effectuer les fouilles.

Dominique Garcia, président de l’Inrap, a réaffirmé que les restes humains n’étaient pas des « objets archéologiques » et qu’ils seraient traités « avec respect du début à la fin » des recherches avant d’être renvoyés à Paris pour que le ministère de la Culture décide de leur sort.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page