Le 9 octobre, les Autrichiens seront appelés aux urnes. Sur le bulletin de vote, en plus des anciens partis traditionnels, il y aura une nouveauté : la Fête de la Bière (Bier Partei). Leur devise ? « Vivre et laisser vivre (sauf les buveurs de Radler) », un mix entre bière et limonade. Son fondateur, Marco Pogo, né Dominik Wlazny, veut être le nouveau président de la nation. Courant contre six autres personnes, dont l’actuel président Alexander Van der Bellen, il est le premier candidat présidentiel de Bier. Le leader du mouvement décrit sa campagne électorale comme une « lutte entre David et Goliath », car Van der Bellen est largement cité pour un second mandat.

Le mouvement, fondé par Pogo en 2015 comme un « projet satirique », compte aujourd’hui environ un millier de membres. En 2020, à la suite des élections municipales, 11 membres du parti, dont le fondateur lui-même, parviennent à devenir conseillers de district à Vienne, obtenant 1,8 % des voix. Le « mouvement birrocratique », comme ils s’appellent eux-mêmes, signifie établir une « birrocratie », dans laquelle le pouvoir vient de la bière.

Le parti reconnaît l’importance de la liberté d’opinion, par exemple, ils expliquent dans leur statut, dans le libre choix de la variété des blondes. La consommation de cette boisson devrait se faire publiquement et les « personnes moins douées pour boire » devraient bénéficier d’un soutien particulier. Le mouvement croit que la diversité et l’individualité au sein de la culture brassicole enrichissent la vie et soutient donc la tolérance des bières étrangères. Cette tolérance ne s’étend pas aux Radler, auxquels le parti s’oppose officiellement.

News:  Formule 1, le Grand Prix de Chine 2023 annulé à cause du Covid

Parmi les propositions : la création d’une fontaine à bière dans le centre historique de Vienne, la suppression de la taxe sur les boissons dans les bars et restaurants (à compenser par une nouvelle taxe de 50% sur les Radlers et « autres atrocités »), la fourniture mensuelle d’un baril de bière à toutes les familles autrichiennes (50 litres par adulte et 20 litres par enfant).

Le mouvement souhaiterait également instaurer des tests d’aptitude obligatoires pour les hommes politiques, mettre en place des aides de l’Etat pour sauver la scène culturelle, mise à genoux par la pandémie, et augmenter la participation électorale permettant aux électeurs de « redonner le sérieux qu’elle mérite à la politique autrichienne ».

Leur communication est non conventionnelle : ils envoient des mises à jour via des clips satiriques en ligne. Leur appel s’adresse à toute personne « disposée à changer ». « La bière est une bonne chose. Mais il s’agit vraiment de comprendre comment s’engager, et vous n’avez pas besoin d’être un buveur de bière pour le faire », a déclaré Pogo à l’AFP.

Le dirigeant de 35 ans est titulaire d’un diplôme de médecine et était médecin en exercice avant de commencer sa carrière politique. Avec environ six millions de personnes éligibles pour voter, selon les sondages, Wlazny pourrait obtenir aussi peu que 5% à l’élection présidentielle, tandis que Van der Bellen obtiendrait environ 60%.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page