On pouvait voir la panique : comment s’est déroulé l’incident du petit bateau de la Manche | Immigration et asile

L’appel d’urgence est arrivé à 2h53 du matin. « S’il vous plaît, aidez-moi mon frère, s’il vous plaît, s’il vous plaît, s’il vous plaît. Nous sommes dans l’eau. Nous avons une famille. »

L’homme non identifié, sur un canot pneumatique en détresse, a utilisé WhatsApp pour contacter l’ONG française Utopia 56, une association humanitaire, qui travaille pour soutenir les migrants dans les camps du nord de la France.

On peut entendre des cris en arrière-plan de l’enregistrement de 22 secondes alors que l’homme dit : « Bonjour mon frère. Nous sommes dans un bateau et nous avons un problème. S’il vous plaît, aidez-nous. Nous avons des enfants et une famille dans un bateau. L’eau arrive mais nous n’avons rien pour cela, pour nous sentir en sécurité. S’il vous plaît, aidez-moi, s’il vous plaît, s’il vous plaît, s’il vous plaît. Nous sommes dans l’eau. Nous avons une famille. »

Nous avons une famille : un homme sur un bateau traversant la Manche envoie un message vocal pour demander de l’aide – audio

L’Utopia 56 a donné l’alerte aux garde-côtes français à 2h57 du matin, pensant que le canot se trouvait dans les eaux françaises. Le gouvernement britannique a déclaré avoir été informé à 3h05. Les deux pays ont participé aux opérations de recherche et de sauvetage au large des côtes du Kent mercredi. Des bateaux de sauvetage de la RNLI ont été mis à l’eau à partir de Douvres à 3 h 07, rapidement suivis par des bateaux de Ramsgate et de Hastings.

Le propriétaire d’un chalutier a raconté comment son équipage a sauvé 31 personnes d’un canot pneumatique. Ben Squire, le propriétaire de l’Arcturus, a déclaré que son skipper, Ray Strachan, et leur équipage de six hommes ont participé à l’opération de sauvetage. « Le bateau était là et l’équipage a réussi à faire sortir 31 personnes du bateau, toutes vivantes. On pouvait voir le carnage, la panique des gens dans l’eau et le bruit. Cela a dû être accablant pour le capitaine et l’équipage.

« Les conditions étaient un peu difficiles. Je pense que le fond du bateau s’est détaché et évidemment des gens étaient dans l’eau. Il fait assez froid et cela affecte le corps. Mais nos gars ont été extraordinaires. Nous avons réussi à faire monter 31 personnes sur le chalutier.

« L’équipage les a entassés dans la douche, de l’eau chaude sur eux alors qu’ils essayaient de les réchauffer, ils leur ont mis des vêtements, les vêtements de l’équipage, ce qui est incroyable, et les ont nourris. C’est absolument génial ce qu’ils ont fait. »

Selon les premiers indices, les survivants étaient de nationalités diverses, comme c’est souvent le cas pour ceux qui font cette traversée désespérée. Un capitaine de pêche, Raymond, impliqué dans le sauvetage, a déclaré qu’ils avaient recueilli des personnes provenant de pays en proie à des conflits comme l’Afghanistan et l’Irak, ainsi que du Sénégal et de l’Inde.

Des sources officielles ont confirmé que des Afghans figuraient parmi les personnes secourues, et l’on s’est étonné que des personnes soient suffisamment désespérées pour entreprendre ce dangereux voyage de cinq heures au moment le plus froid de la journée, en pleine nuit, alors que la température est inférieure à zéro.

Mais tout le monde n’a pas survécu. Quatre décès ont été confirmés à midi. Deux sont morts sur le rivage après, selon une personne, « une heure de tentatives de réanimation », tandis qu’un troisième est mort après avoir été admis à l’hôpital d’Ashford.

Puis, à Douvres, le sac mortuaire noir d’une quatrième victime a été ramené sur le rivage sur une civière depuis le bateau de sauvetage de la RNLI de Douvres vers 11h15. On craignait d’autres décès, Sir Roger Gale, le député de North Thanet, ayant déclaré plus tard que certaines des personnes secourues étaient hospitalisées. Une personne était soignée à l’hôpital William Hervey d’Ashford, mais devrait pouvoir en sortir.

Le nombre de personnes sauvées est cependant bien plus élevé que lors de la noyade massive survenue dans la Manche il y a un peu plus d’un an, où au moins 27 personnes s’étaient noyées, quatre étaient portées disparues et seulement deux avaient été sauvées.

Selon les experts, après que des rapports aient fait état d’une apparente répartition des tâches entre les garde-côtes anglais et français, des leçons semblent avoir été tirées en termes de type de réponse de sauvetage, avec des moyens aériens et maritimes envoyés rapidement sur les lieux de la catastrophe en cours.

L’expert indépendant en recherche et sauvetage maritime Matthew Schanck a déclaré : « Il semble que beaucoup de ressources aient été consacrées à ce sauvetage, ce qui est encourageant ; il semble que certaines leçons aient été tirées de la tragédie de l’année dernière. Mais il était décevant d’entendre dans le discours du premier ministre hier [Tuesday] sur les traversées en petit bateau, qu’il n’était pas question d’augmenter la capacité de recherche et de sauvetage dans la Manche.

« La température de l’eau de mer dans la Manche est actuellement d’environ 11C, ce qui ne laisserait à un adulte en bonne santé que quelques heures pour survivre avant d’être secouru, à moins qu’il ne sache pas nager et qu’il ne dispose pas de dispositifs de flottaison appropriés, auquel cas cela pourrait être de quelques minutes, surtout si l’on y ajoute les effets du choc dû à l’eau froide. »

Reportage supplémentaire : Nick Irving

4.1/5 - (26 votes)

Laisser un commentaire